Le comportement d’épargne des moins de 30 ans

La grande majorité des jeunes de 18 à 29 ans épargnent régulièrement. Voilà ce qui ressort d’un sondage représentatif de la Banque Migros. Celui-ci a également montré que les jeunes privilégient le compte d’épargne pour atteindre leurs objectifs, et ce même à long terme, alors que les placements financiers seraient plus judicieux dans ce cas.

Les comptes d’épargne représentent une grande partie de la fortune des jeunes de 18 à 29 ans. Dans ce groupe d’âge, une personne sur trois détient plus de 70% de ses fonds librement disponibles sur un compte d’épargne. C’est ce que montre un sondage représentatif de la Banque Migros. 67% des 18 à 29 ans interrogés ont déclaré épargner moins de 1000 francs par mois. Cette proportion est de 52% chez les 30 à 55 ans et de 61% pour les plus de 55 ans. Les jeunes épargnent moins, mais plus régulièrement que les plus âgés. Ainsi, 92% des 18 à 29 ans épargnent régulièrement un certain montant. Ils sont également 93% à le faire chez les personnes de 30 à 55 ans, mais nettement moins chez les plus de 55 ans (tout juste 80%).

Les longs voyages sont l’objectif d’épargne le plus populaire

Les principaux objectifs d’épargne des jeunes de 18 à 29 ans sont les longs voyages (18%), l’acquisition d’un logement (16%), la constitution d’une réserve financière (12%) et l’achat de biens de consommation (10%). Avec 8%, la prévoyance vieillesse n’occupe pas encore une place prépondérante chez eux, tandis qu’elle constitue l’objectif prioritaire d’une personne sur quatre à partir de 30 ans.

Bien que les jeunes épargnent régulièrement pour atteindre leurs objectifs, nombre d’entre eux ne savent pas exactement quelle somme ils doivent mettre de côté à cette fin. 62% des 18 à 29 ans déclarent épargner sans se demander comment atteindre au mieux leurs objectifs en la matière. Chez les personnes de 30 à 55 ans et celles de plus de 55 ans, cette part est sensiblement plus faible (respectivement 50% et 41%), surtout parce que bon nombre d’entre elles se sont déjà fait conseiller par un prestataire de services financiers.

Qu’est-ce qui est important en matière de placements? – La durabilité n’est pas prioritaire

Dans l’ensemble, les jeunes montrent une préférence plus marquée pour le compte d’épargne que les personnes plus âgées. Le compte d’épargne est privilégié même pour des objectifs à long terme, alors que les placements financiers seraient mieux adaptés. Ainsi, 72% des 18 à 29 ans épargnent avec un compte en vue de l’acquisition d’un logement.

La place prépondérante accordée au compte d’épargne s’explique par les caractéristiques essentielles qu’un placement doit présenter aux yeux des jeunes: peu de risques (33% des réponses), une grande flexibilité (17%) et des frais peu élevés (16%). Ce sont là des conditions que le compte d’épargne remplit parfaitement. Si le classement des trois principales caractéristiques d’un placement financier est le même dans toutes les catégories d’âge, les différences sont d’autant plus marquées en matière de durabilité. En effet, celle-ci revêt de l’importance pour 9% seulement des jeunes de 18 à 29 ans, alors que les sondés plus âgés sont beaucoup plus sensibles à l’aspect écologique: 11% des 30 à 55 ans, et même 16% des plus de 55 ans accordent de l’importance à la durabilité en matière de placements financiers.

Les jeunes sont ouverts et soucieux de combler leur manque de connaissances

Les jeunes accordent en outre peu d’attention aux taux bas. Bien qu’un compte d’épargne ne rapporte quasiment plus d’intérêts, 72% des personnes de 18 à 29 ans n’ont pas modifié leur comportement d’épargne. Cette part est nettement plus élevée que chez les sondés plus âgés. Les deux principales raisons invoquées par les jeunes de 18 à 29 ans pour ne rien changer à leur épargne et ne pas investir dans des placements financiers, p. ex., sont le manque de connaissances des alternatives au compte d’épargne (52%) et la croyance qu’ils disposent d’actifs insuffisants pour des alternatives (48%).

Bon nombre des 18 à 29 ans craignent d’effectuer de mauvais investissements en raison de connaissances insuffisantes. C’est, de loin, le principal risque mentionné par cette tranche d’âge pour ce qui est des investissements financiers (37% des réponses). Mais les jeunes sont également ouverts et soucieux de combler leur manque de connaissances: avec 41%, la proportion des sondés de 18 à 29 ans qui s’intéressent beaucoup ou assez aux thèmes de la finance et des placements est nettement plus élevée que chez les 30 à 55 ans (37%) et que chez les plus de 55 ans (32%).

Chez les jeunes, le manque de connaissances fait qu’ils pensent, à tort, disposer de trop peu d’actifs pour des alternatives d’investissement au compte d’épargne. Or, dans la pratique, il existe des placements financiers qui conviennent déjà à des montants d’épargne modestes, comme un plan d’épargne en fonds. Celui-ci est encore peu répandu chez les jeunes: seuls quelque 9% des 18 à 29 ans en ont un, contre 18% chez les personnes de 30 à 55 ans et 16% chez les plus de 55 ans.

Les jeunes misent sur les crypto-monnaies

En revanche, le Bitcoin et d’autres crypto-monnaies sont plus courants chez la jeune génération. Plus de 7% des 18 à 29 ans investissent dans des crypto-monnaies; ce pourcentage atteint également 7% chez les 30 à 55 ans mais à peine 1% chez les plus de 55 ans. Et 13% des 18 à 29 ans déclarent que les crypto-monnaies seront, à l’avenir, encore plus importantes pour eux ou qu’ils souhaitent investir dans ce secteur. Chez les 30 à 55 ans, ce chiffre n’est que de 7% et chute même à moins de 0,5% pour les plus de 55 ans.

Méthode du sondage

Le sondage représentatif a été réalisé en octobre 2019 par l’institut d’études de marché Intervista sur mandat de la Banque Migros. Plus de 1500 personnes âgées de 18 ans et plus en provenance de Suisse alémanique, de Suisse romande et du Tessin ont été interrogées en ligne. Vous trouverez ici d’autres résultats de l’enquête.

Articles similaires

1 commentaire au Le comportement d’épargne des moins de 30 ans

  1. Bonjour, Des statistics fort intéressants et à peine croyables.

    Comment reconcilier ette propensité prétendue pour épargner avec les crédits à la consommation desquels abusent les jeunes ou plutôt sont encouragés d’une façon
    irresponsable par des institutions bancaires.

    Un vaste sujet qui mérite d’être traité par une institution responsable qui est la MIGROS.

    Ilja Feldstein
    Route de Savuit 62
    1095 Lutry
    021-7916095
    ilja.feldstein@insead.edu

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires