Renforcement des qualités défensives

La Banque Migros ne s’attend ni à une récession ni à un marché baissier pour l’année à venir. Le potentiel de rendement sur les marchés financiers devrait toutefois rester limité, alors que les risques ont augmenté. Afin de tenir compte de cette évolution, la Banque Migros renforce les qualités défensives de son portefeuille.

Continuer

La Banque Migros reste optimiste

La Banque Migros garde son orientation légèrement cyclique pour le dernier trimestre. L’économie mondiale maintient le cap de la croissance et les bons résultats des entreprises soutiennent les marchés des actions. À l’automne, la politique devrait à nouveau occuper le devant de la scène avec les élections de mi-mandat aux États-Unis et les négociations budgétaires en Italie.

Continuer

La Banque Migros réduit légèrement l’orientation cyclique de son allocation

La Banque Migros est confiante quant aux perspectives d’investissement pour 2018. Elle réduit néanmoins légèrement l’orientation cyclique de son allocation tactique d’actifs, compte tenu de l’augmentation des risques. La surpondération des actions est réduite en faveur des placements alternatifs, tandis que les obligations restent nettement sous-pondérées.

Continuer

L’orientation de l’allocation d’actifs tactique reste cyclique

La Banque Migros conserve telle quelle l’orientation tactique de son allocation d’actifs. La surpondération des actions souligne son aspect cyclique. Car les obligations – surtout en francs suisses – ne sont toujours pas attrayantes. Markus Wattinger, responsable de l’Investment Office, explique pourquoi la Banque Migros reste confiante pour le dernier trimestre de l’année.

Continuer

La Banque Migros continue à surpondérer les actions

En raison de la robuste évolution conjoncturelle et de la forte croissance persistante des bénéfices des entreprises, l’Asset Allocation Commitee (AAC) de la Banque Migros maintient sa surpondération de la quote-part d’actions. Markus Wattinger, responsable Investment Office, expose les raisons de cette décision et explique pourquoi le potentiel de hausse des marchés des actions est loin d’être épuisé.

Continuer