La fin du Libor

L’obligation de déclarer le Libor, principal taux de référence en Suisse, sera supprimée début 2022. Les acteurs du marché doivent maintenant trouver un taux de référence de remplacement. En Suisse, le Saron semble le mieux placé pour prendre la relève.

Le régulateur britannique FCA (Financial Conduct Authority) a annoncé qu’il supprimerait l’obligation de déclarer les taux Libor à partir de début 2022. Dès cette date, ce taux ne sera donc plus disponible pour les acteurs du marché. Or, le taux Libor en franc suisse (Libor CHF) est le principal taux de référence en Suisse. De nombreux produits financiers tels que les instruments de couverture de taux (interest rate swaps) et les prêts hypothécaires reposent sur le Libor.

Le Libor correspond approximativement à l’intérêt payé par une banque pour un crédit non couvert en francs suisses auprès d’une autre banque.

L’acronyme Libor signifie London Interbank Offered Rate. Ce taux correspond approximativement à l’intérêt payé par une banque pour un crédit non couvert en francs suisses auprès d’une autre banque. Il s’agit d’un taux de référence défini par l’offre et la demande. Il est actuellement publié pour sept échéances et cinq monnaies.

Le Libor CHF est calculé sur la base des conditions de taux déclarées quotidiennement par un groupe de onze banques. La composition de ce groupe de banques soumises à l’obligation de déclarer le Libor, aussi appelé panel de banques, peut varier d’année en année. Le taux est calculé et publié par l’Intercontinental Exchange Benchmark Administration (IBA). Cette institution établie dans la gestion de standards des marchés financiers recueille les conditions de taux déclarées par les banques, calcule la moyenne tronquée et publie quotidiennement le taux Libor. La moyenne tronquée se calcule en éliminant les valeurs extrêmes les plus élevées et les plus basses. Dans le cas du Libor CHF, l’IBA élimine ainsi trois valeurs à chaque extrémité du spectre, c’est-à-dire que le taux de référence est constitué pour chaque échéance de la moyenne des cinq valeurs centrales. Les crédits sous-jacents à ce calcul sont des crédits non garantis, c’est-à-dire sans obligation de nantissement de sûretés pour le débiteur.

La principale raison de la suppression du Libor est le manque de liquidité sur le marché interbancaire.

En 2012, on a appris que les banques déclarantes avaient manipulé le Libor pendant des années. Par le truchement d’accords et de fausses déclarations, elles ont amené les taux Libor à des niveaux qui leur permettaient d’engranger des bénéficies supplémentaires, voire de présenter une meilleure solvabilité, sur certains instruments financiers liés au Libor. La principale raison de la suppression du Libor n’est cependant pas le scandale de 2012, mais bien le manque de liquidité des crédits Libor sur le marché interbancaire. Ce problème est devenu particulièrement aigu dans le sillage de la crise financière de 2008/2009, lorsque les banques ont quasiment arrêté de se prêter de l’argent et qu’il n’existait de ce fait plus de conditions de crédit réalistes à déclarer.

Des années après la crise, la liquidité reste très faible sur le marché monétaire non garanti. Selon le Quarterly Volume Report de l’IBA, seule une infime partie des conditions déclarées le trimestre dernier pour des crédits Libor en francs suisses reposait effectivement sur les données de transactions réelles. La majorité des déclarations s’appuyaient en effet sur des indications hypothétiques, c’est-à-dire que les banques déclaraient combien elles devraient payer pour un crédit, sans conclure effectivement de transactions. La pertinence du Libor est de ce fait toujours plus sujette à caution.

Le NWG recommande le Saron pour remplacer le Libor.

Le groupe national de travail sur les taux d’intérêt de référence (National Working Group on CHF reference rates, NWG) travaille depuis des années à une solution alternative pour la Suisse. En principe, tout établissement financier est libre de choisir un taux d’intérêt de référence pour ses prêts hypothécaires. Mais si tous les établissements financiers choisissent le même taux de référence, les conditions des produits financiers en question sont comparables entre elles. Le 5 octobre 2017, le NWG a donc conseillé d’utiliser désormais le Saron (Swiss Average Rate Over Night) plutôt que le Libor.

Le Saron a été lancé en collaboration par la Banque nationale suisse (BNS) et l’opérateur de la Bourse suisse SIX Swiss Exchange en 2009. Libor et Saron se différencient par des aspects fondamentaux. Le second repose en effet sur des crédits garantis, qui recèlent un moindre risque de contrepartie que les crédits non garantis sous-jacents au premier. Le marché des crédits garantis est très liquide et permet de recenser les taux d’intérêt moyens de manière plus fiable. Le volume de négoce quotidien s’élève à quelque trois milliards de francs suisses et il n’est donc pas nécessaire de s’appuyer sur les estimations hypothétiques d’un panel de banques pour calculer le Saron. Ce sont au contraire les prix des transactions et les offres contraignantes d’une multitude d’acteurs du marché monétaire (banques, assurances et autres entreprises) qui sont pris en compte. Autre avantage déterminant du Saron par rapport au Libor: le taux est calculé en Suisse sur la base de données collectées en Suisse et la souveraineté judiciaire réside aussi dans le pays.

Si le secteur financier disposera toujours d’un taux de référence pour les prêts hypothécaires avec adaptation périodique des conditions, il subsiste certaines incertitudes. D’une part, il reste à savoir si le Saron sera effectivement l’unique alternative au Libor. D’autre part, chaque établissement financier sera libre de décider comment adapter les contrats de prêts hypothécaires Libor pour prendre en compte le changement annoncé de taux de référence. On ne sait pas encore dans le détail à quoi ressemblera la solution de remplacement généralement acceptée, mais la Banque Migros s’efforce de trouver une solution favorable aux clients. A cette fin, elle a introduit un droit de résiliation pour les prêts hypothécaires nouvellement conclus. Les clients peuvent ainsi continuer de bénéficier des conditions de taux attrayantes des prêts hypothécaires Libor tout en gardant la possibilité de passer gratuitement à un produit alternatif en cas de changement du taux d’intérêt de base.

Comparaison entre Libor et Saron
Libor CHFSaron
État au 06.12.2017-0.74 (libor à trois mois)-0.76
Origine des données sous-jacentesSondageTransactions et offres contraignantes (quotes)
CalculMoyenne tronquéeMoyenne pondérée des volumes
Crédits sous-jacentsnon garantisgarantis
PertinenceFaible (panel de 11 banques)Elevée (tous les acteurs du marché monétaire)
Entité chargée du calculIBASIX Swiss Exchange
Calculé depuis19892009
Souveraineté judiciaireÀ l’étrangerEn Suisse
Sources: IBA, SIX Swiss Exchange

Articles similaires

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires