Une jeune entreprise florissante à Plan-les-Ouates

Les deux jeunes médecins-dentistes Giorgio Pileggi et Martina Frigerio ont repris le Cabinet Dentaire Plan-les-Ouates en 2017. Ils ont choisi la Banque Migros comme partenaire de financement. Le choix en faveur de la Banque Migros était «parfaitement limpide», comme le disent les deux jeunes entrepreneurs.

La vue sur le grand jardin vous fait oublier toutes vos appréhensions lorsque vous êtes assis dans le fauteuil du Cabinet Dentaire Plan-les-Ouates. La tranquillité qui règne dans cette commune à proximité de Genève a également été un élément qui a attiré les deux dentistes Giorgio Pileggi et Martina Frigerio.

Avant de s’y installer, les deux collègues d’études et de travail ont visité de nombreux cabinets autour et dans la cité de Calvin, et certains également au Tessin, canton d’origine du Dr Frigerio. «Au final, les opportunités rencontrées en Suisse méridionale ne correspondaient pas à ce que nous recherchions. Aussi, nous avons décidé de limiter notre champ d’action à la région de Genève», explique le Dr Pileggi. Et, c’est finalement, l’ancien cabinet dentaire du Dr Jean-Maurice Marti, devenu le Cabinet Dentaire Plan-les-Ouates, qui a été choisi.

Les points forts de la Banque Migros: réactivité, efficacité, conditions

Avec un business plan en poche, élaboré avec l’aide d’amis et de connaissances, les deux médecins-dentistes ont contacté différentes banques pour financer la reprise de l’établissement dentaire à Plan-les-Ouates. L’une de ces institutions était la Banque Migros, que des collègues leur avaient recommandée. Et en effet: «La Banque Migros nous a convaincus par sa réactivité, son efficacité et ses conditions», explique le Dr Frigerio. Quant à l’efficacité, le Dr Pileggi ajoute: «D’autres banques nous ont demandé énormément d’informations à l’avance, avant même que nous sachions si nous avions une chance d’obtenir un prêt.» Le choix en faveur de la Banque Migros était, en définitive, «parfaitement limpide», affirment les deux dentistes.

«La Banque Migros a convaincu par sa rapidité de réponse, son efficacité et ses conditions.» Dr Giorgio Pileggi et Dr Martina Frigerio, dentistes du Cabinet Dentaire Plan-les-Ouates.

Ainsi, en 2017, la Banque Migros a accordé un prêt à taux fixe pour acheter le cabinet et un crédit d’exploitation pour couvrir les dépenses courantes. À ce moment-là, les deux jeunes entrepreneurs n’ont pas eu à investir beaucoup dans l’infrastructure. En dehors d’un nouveau système informatique, les médecins-dentistes ont été en mesure de reprendre la plupart de l’équipement existant.

Les prochaines étapes de l’expansion

2018 marque le besoin de nouveaux investissements, également financés par la Banque Migros: le changement du fauteuil et de l’appareil de radiologie dans une des deux salles de soins, ainsi que l’installation d’une troisième salle de traitement. L’agrandissement du cabinet permet ainsi l’exercice de deux médecins-dentistes et d’une hygiéniste simultanément. Avec l’afflux de patients et ces nouvelles installations, les Dr Frigerio et Pileggi peuvent dorénavant augmenter leur temps de travail au sein du cabinet, tout en réduisant leurs activités de médecin-dentiste au Centre Médico-Dentaire de Balexert à Genève, où ils exercent tous les deux depuis 2008. «Commencer sa carrière dans un tel cabinet pluridisciplinaire est avantageux pour de jeunes médecins parce que cela permet un échange quotidien entre collègues», expliquent les Dr Frigerio et Pileggi d’un commun accord. Depuis la fin de leurs études à l’Université de Genève, les deux dentistes ont pu ainsi gagner en expérience dans ce centre pendant plusieurs années.

Dans les villes comme Genève, les patients ont l’habitude d’avoir un cabinet dentaire ouvert non seulement pendant la semaine et le soir, mais aussi le week-end. «À Plan-les-Ouates, nous avons toutefois une patientèle différente», précise le Dr Pileggi. «Dès notre arrivée, nous avons prolongé les heures d’ouverture et nous sommes maintenant disponibles durant les heures de pause déjeuner. Cependant, nous avons délibérément décidé de ne pas ouvrir le week-end parce que notre nouvelle patientèle n’en a pas manifesté le besoin à ce jour.»

«Nos patients aiment bien la proximité avec leur dentiste»

Dans cette commune sise en périphérie de Genève, la frontière française n’est qu’à trois kilomètres à vol d’oiseau. Les deux médecins-dentistes n’ont-ils pas peur que les patients se fassent traiter en France? «Je crois que nos patients aiment bien la proximité avec leur dentiste et y sont fidèles», déclare le Dr Frigerio avec conviction. Certes, les soins en France sont moins chers, dit-elle, surtout les plus courants comme les soins des caries ou les traitements de racine. Toutefois, conclut-elle, les écarts de prix dans le domaine des prothèses, des implants ou des couronnes sont moins prononcés.

«En définitive, nos patients viennent avant tout pour notre savoir-faire et la qualité de notre travail due en grande partie à notre formation suisse tout en appréciant le magnifique jardin, la quiétude qu’il dégage et l’ambiance chaleureuse du cabinet», explique le Dr Pileggi.

Vous trouverez ici davantage d’informations sur les offres de la Banque Migros pour les médecins.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires