Pourquoi les cryptomonnaies font le grand huit

Les monnaies virtuelles sont-elles moins volatiles qu’avant depuis leur effondrement cette année? Non, car sur le marché des cryptomonnaies, les fortes fluctuations de cours restent la norme. Cette classe d’actifs ne se prête donc toujours pas à la constitution d’un patrimoine constant à long terme.

L’an passé, aucune autre classe d’actifs n’a autant fait parler d’elle que le Bitcoin. Longtemps en marge de l’actualité, la cryptomonnaie était sur toutes les lèvres en 2017, et peut-être bien le thème financier le plus débattu sur les marchés. La hausse spectaculaire y a certainement été pour quelque chose. Toutefois, l’euphorie a été suivie d’une désillusion cette année. Depuis le pic historique de décembre 2017, le Bitcoin a perdu plus de la moitié de sa valeur (état au 25 juillet).

Montée en flèche, chute vertigineuse
Source: Bloomberg (état: 25.07.2018)

Il est intéressant de noter que la chute du cours du Bitcoin a coïncidé avec l’introduction du négoce de futures sur le Bitcoin sur le marché à terme américain Chicago Mercantile Exchange (CME) en décembre dernier. Pour la plupart des monnaies et des actifs, les investisseurs ont la possibilité de miser sur une plus-value ou une dépréciation au moyen de nombreux instruments financiers, appelés produits financiers dérivés. Avant décembre 2017, il n’existait cependant pas de marché pour les dérivés sur le Bitcoin.

L’introduction de futures sur le Bitcoin est à l’origine du krach

Les futures sont des contrats à terme standardisés négociés en bourse et reposant sur un sous-jacent. Ces sous-jacents peuvent être des matières premières, des monnaies ou des indices. Les vendeurs et acheteurs de cet instrument financier s’engagent à vendre ou à acheter le sous-jacent à un prix défini à une date convenue. Les futures servent avant tout à se prémunir contre les fluctuations de cours. Mais, en raison de leur structure, ils se prêtent également à la spéculation sur les prix à la baisse ou à la hausse, par exemple.

En mai, la Federal Reserve Bank of San Francisco (FRBSF) a publié une étude dont il ressort que les investisseurs optimistes qui misaient sur une hausse du cours du Bitcoin étaient le seul moteur de l’essor de la cryptomonnaie. La prophétie se réalisant, de plus en plus d’optimistes se sont lancés dans la course, alimentant encore la demande. Cette demande spéculative unilatérale a pris fin le 17 décembre, lorsque le négoce des futures sur le Bitcoin a été introduit au CME. Car auparavant, les pessimistes ne disposaient d’aucun instrument de ventes à découvert pour tirer parti d’une chute du Bitcoin. La FRBSF est notamment parvenue à la conclusion que «l’introduction de futures sur le Bitcoin a ouvert le marché aux pessimistes, ce qui a contribué à inverser la dynamique des prix du Bitcoin».

Pourquoi les monnaies virtuelles sont-elles si volatiles?

L’envolée des cours suivie de la chute tout aussi brutale illustrent avant tout une chose: les cryptomonnaies sont un véhicule de placement et un outil de préservation de la valeur à la fois spéculatif et très volatil. Des fluctuations de cours de 5 à 10% sont courantes sur le marché des cryptomonnaies, contrairement à d’autres classes d’actifs (voir le graphique ci-dessous). Au cours des six derniers trimestres, le Bitcoin, par exemple, a chaque fois connu des phases de fortes fluctuations de cours. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est également difficile pour le système financier et de paiement mondial de considérer les monnaies virtuelles comme des alternatives viables aux moyens de paiement légaux tels que le dollar, le franc suisse ou l’euro.

Le Bitcoin reste bien plus volatil que les autres classes d’actifs
(variation de cours journalière par rapport à la veille, en %)
Source: Bloomberg (état: 25.07.2018)

La volatilité des cryptomonnaies en général, et du Bitcoin en particulier, peut s’expliquer par plusieurs facteurs.

  • Les cryptomonnaies n’existent que depuis une bonne dizaine d’années. Il s’agit donc d’une classe d’actifs encore relativement jeune, soumise à un processus de maturation qui s’il a été marqué, à ce jour, par des progrès considérables, n’en a pas moins connu des défaites amères.
  • Comme elles consistent uniquement en un code numérique, les monnaies virtuelles n’ont pas de valeur intrinsèque; elles sont simplement un moyen d’échange comme la monnaie traditionnelle. La valeur réelle d’une cryptomonnaie est donc extrêmement difficile à estimer. Le marché des cryptomonnaies est alimenté par la spéculation, les rumeurs et les nouvelles, plus que par les développements fondamentaux.
  • La réglementation des monnaies virtuelles n’en est qu’à ses balbutiements au niveau mondial. Cette réglementation limitée est la porte ouverte à des manipulations des marchés. Qui plus est, en raison du manque de sécurité juridique, la plupart des investisseurs institutionnels continuent d’éviter les placements dans les monnaies virtuelles. De même, les détaillants et les commerçants en ligne restent méfiants à l’égard de ce moyen de paiement.
  • Le négoce de cryptomonnaies est très illiquide. Cette illiquidité favorise entre autres le fait que les grands négociants puissent influencer, voire manipuler le marché dans les deux sens par le biais d’ordres d’achat ou de vente.
  • Les cybercriminels ont à plusieurs reprises piraté les cryptobourses et dérobé des pièces numériques à hauteur de plusieurs millions. Ce genre d’attaques a généré des ondes de choc et des ventes dictées par la panique.

Même si, de manière générale, les cryptomonnaies sont très volatiles, leurs marges de fluctuation varient parfois fortement de l’une à l’autre. L’American Institute For Economic Research arrive à la conclusion que le Bitcoin présente la plus faible volatilité par rapport à l’Ethereum, au Ripple, au Litecoin et au Bitcoin Cash (voir le graphique ci-dessous). Il est intéressant de constater que la volatilité avait diminué entre 2013 et 2016 avant de remonter fortement en 2017 sous l’effet de la bulle spéculative. Malgré ou justement à cause du krach, l’intensité des fluctuations est restée élevée au premier semestre 2018 également, mais les variations journalières moyennes des cinq monnaies virtuelles ont convergé durant cette période.

De toutes les cryptomonnaies, le Bitcoin est la moins volatile
Fluctuation journalière moyenne par rapport au dollar américain en % (du 28 avril 2013 au 4 juin 2018).
BTC = Bitcoin, XRP= Ripple, LTC = Litecoin, ETH = Ethereum, BCH = Bitcoin Cash
Source: American Institute for Economic Research

La forte volatilité du marché des cryptomonnaies est intéressante notamment pour les investisseurs professionnels, qui veulent exploiter ces fluctuations de cours par le biais de futures. Une situation qu’illustre bien le volume de négoce quotidien moyen des futures sur le Bitcoin au CME, puisqu’il a augmenté de 93% au deuxième trimestre 2018 par rapport aux trois premiers mois de l’année.

Franchir le pas?

Les cryptomonnaies sont-elles intéressantes pour les investisseurs après les corrections de cours? Nous ne pouvons ici recommander ni le Bitcoin, ni l’Ethereum ni aucune autre cryptomonnaie comme alternative de placement viable aux investisseurs privés qui souhaitent une constitution de patrimoine constante à long terme. Car les monnaies virtuelles restent un investissement très spéculatif toujours fortement exposé à de nombreux impondérables. Parmi ces facteurs figurent le manque de transparence et de réglementation, le flou juridique et le manque de stabilité, qui, dans le pire des cas, peut entraîner une perte de capital durable pour l’investisseur.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires