Des valeurs coopératives qui unissent

L’association Coopératives d’habitation Suisse et la Fédération régionale de Zurich célèbrent leurs 100 ans d’existence en 2019. La Banque Migros participe aux festivités en sa qualité de partenaire des manifestations organisées. Elle partage les mêmes valeurs que ces deux organisations, à savoir l’idéal coopératif.

Ce que nous qualifions aujourd’hui de pénurie du logement dans les villes suisses aurait fait sourire nos grands-parents et arrière-grands-parents il y a cent ans. En effet, en 1919, les taux de logements vacants étaient encore plus bas qu’aujourd’hui, s’inscrivant à 0,05% à Zurich, par ex., ou encore à 0,2% à Berne et à Bâle. L’effondrement de l’industrie du bâtiment pendant la Première Guerre mondiale a entraîné une pénurie de logements, de sorte que les loyers sont devenus ruineux. La situation était si dramatique que le Conseil fédéral a notamment autorisé les cantons à saisir les appartements vides et à refuser l’autorisation de séjour à certaines personnes en quête de logement.

Mais le droit d’urgence à lui seul n’a pas suffi. Il fallait de nouveaux appartements à des prix abordables. C’est pourquoi des responsables politiques inquiets de la situation, des représentants des autorités, des architectes et d’autres personnes engagées ont fondé, le 20 septembre 1919 à Olten, «l’Association suisse pour la promotion de l’habitat d’utilité publique». La section zurichoise de l’association voyait le jour la même année. Sous le nom de Coopératives d’habitation Suisse (WBG Schweiz) et Coopératives d’habitation Zurich (WBG Zürich), ces deux associations fêtent leurs 100 ans d’existence en 2019. La Banque Migros participe aux festivités en tant que partenaire des manifestations à l’échelon national.

Un engagement par tradition: la Banque Migros et les logements abordables

L’engagement de la Banque Migros est une tradition de longue date. Les biens de consommation abordables n’étaient pas les seuls objectifs de Gottlieb Duttweiler, le fondateur de Migros. Lorsque la pénurie des logements s’est à nouveau accentuée suite à la crise économique mondiale des années 30 et à la Seconde Guerre mondiale, «Dutti» s’est penché, dans les années 40, sur la question des logements abordables et a notamment lancé des idées pour une bourse d’échange de logements et une coopérative de garantie hypothécaire nationale.

L’opposition des autorités et des milieux politiques a empêché la réalisation de ces idées. Mais la Banque Migros, elle aussi fondée par G. Duttweiler, s’engage jusqu’à ce jour pour des logements abordables, notamment en tant que partenaire financier de nombreuses coopératives de construction de logements et comme donatrice de l’association Coopératives d’habitation Suisse.

Aussi une question de durabilité

Depuis sa fondation, l’association Coopératives d’habitation Suisse n’a cessé de gagner des membres: elle compte aujourd’hui plus de 1200 coopératives d’habitation et autres maîtres d’ouvrage d’utilité publique, représentant au total plus de 150’000 logements. Les chiffres montrent que l’idée du logement coopératif est aujourd’hui tout aussi actuelle qu’il y a 100 ans. L’accent ne porte cependant plus exclusivement sur les aspects sociaux, mais aussi sur l’environnement.

C’est ainsi que les considérations de durabilité incitent à créer davantage de logements abordables et attrayants dans les centres urbains afin de réduire le mitage du paysage et le trafic pendulaire. Pour atteindre leurs objectifs, les coopératives d’habitation bénéficient de mesures d’encouragement de la Confédération, des cantons et des communes. Celles-ci sont assorties d’un certain nombre d’exigences, telles que la promotion active de la vie communautaire dans les quartiers, le mélange équilibré des différentes catégories sociales ou encore l’application de normes environnementales strictes en matière de construction. L’importance accrue accordée à l’aspect écologique se traduit également par un besoin en surface moindre. Selon les statistiques de la ville et du canton de Zurich, ce besoin s’élève à 36 m2 par habitant pour les logements coopératifs, contre 55 m2 pour les appartements en propriété.

L’aide publique et la renonciation à la recherche du profit permettent des loyers avantageux. Une enquête de l’Office fédéral du logement (OFL) montre que le loyer de marché d’un appartement de trois pièces, p. ex., est 16,5% plus cher que le prix d’un appartement coopératif de même taille. Dans les grandes agglomérations, la différence est encore plus marquée: dans les villes-centres, le loyer de marché pour un logement de trois pièces est même plus élevé de 26% environ.

Le logement coopératif a de l’avenir

Malgré les avantages des coopératives d’habitation, leur part dans le parc immobilier suisse baisse depuis les années 70. À l’heure actuelle, les logements détenus par des maîtres d’ouvrage d’utilité publique représentent moins de 5%. Certaines villes continuent d’afficher des valeurs élevées, Zurich et Bienne se plaçant en tête avec respectivement 27 et 16%.
Pour l’avenir, d’autres villes s’efforcent d’accroître sensiblement le nombre d’appartements coopératifs. À Zurich, p. ex., les logements d’utilité publique devraient représenter un tiers de tous les appartements locatifs locatifs d’ici à 2050, à Bâle un quart, à Bienne un cinquième d’ici à 2035 et à Lucerne 16% d’ici 2037. Les appartements coopératifs se multiplient cependant aussi en dehors des villes-centres et des agglomérations: la Wogeno Mogelsberg, qui a financé avec l’aide de la Banque Migros un projet intergénérationnel dans une ancienne maison de retraite dans le Neckertal, une région rurale du canton de Saint-Gall, en est en exemple.

Engagement en faveur de l’intérêt général

En sa qualité de partenaire financier, la Banque Migros partage les valeurs coopératives des promoteurs de logements d’utilité publique. Gottlieb Duttweiler, le fondateur de Migros, a lancé le concept du «capital social», qui s’engage en faveur de l’intérêt général. Dans le droit fil de cette idée, la Banque Migros ne privilégie pas la maximisation de son propre bénéfice, mais met au contraire l’accent sur des conditions attrayantes et équitables pour ses clients.
Les idéaux coopératifs communs tissent des liens, comme en témoigne l’exemple de la coopérative d’habitation «mehr als wohnen». «Le choix de la Banque Migros comme partenaire dans le cadre d’un crédit consortial a été motivé, d’une part, par le fait qu’en tant qu’établissement financier attaché aux principes coopératifs, elle partage les mêmes valeurs que les coopératives d’habitation. D’autre part, la force de la Banque Migros réside dans son ouverture aux idées peu conventionnelles», explique Andrea Wieland, gérante de «mehr als wohnen».

Un anniversaire marqué par une multitude de manifestations

Des idées non conventionnelles et de nouvelles perspectives en matière de formes d’habitation seront ainsi présentées lors des différentes manifestations qui se tiendront dans le cadre des festivités d’anniversaire de l’association Coopératives d’habitation Suisse et de la Fédération régionale de Zurich entre septembre 2019 et janvier 2020. Vous trouverez l’agenda des festivités sous ce lien.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires