Pinnwand

Dans quel canton se trouvent les plus fins spécialistes boursiers?

En février, la Banque Migros a lancé son jeu boursier. La règle est simple: il s’agit de faire une prévision correcte de l’évolution du marché suisse des actions pour le jour suivant. Un dépouillement anonyme effectué parmi les quelque 2000 participants qui se sont prêtés au jeu jusqu’à présent fait apparaître certaines surprises.

Les Thurgoviens et les Genevois ont un meilleur flair boursier que les Bernois ou les Neuchâtelois. Par ailleurs, les plus de 70 ans voient plus juste que les moins de 20 ans. Quant aux hommes, ils sont légèrement plus nombreux que les femmes à faire des prévisions correctes. Il s’agit de prévoir avec justesse l’évolution de l’indice suisse des actions SMI.

C’est précisément ce en quoi consiste le jeu boursier de la Banque Migros: il convient à chaque fois, la veille, de livrer votre pronostic concernant la séance du lendemain, à savoir si le SMI clôturera sur une hausse ou une baisse. Le joueur qui, le premier, a vu juste plusieurs fois d’affilée gagne 2000 francs. Au cours de la phase initiale du jeu, en quelque sorte la phase d’échauffement, il fallait réaliser une série de six prévisions correctes; la barre a ensuite été relevée à sept pronostics corrects d’affilée. Si un participant parvient à réaliser un sans-faute six fois d’affilée, une nouvelle partie débute pour tous les joueurs – avec une nouvelle chance de remporter 2000 francs.

Seule une minorité de participants voit juste

Voici ce que montre le dépouillement anonyme au terme des cinq premiers mois: parmi les hommes, 1,4% des participants ont réussi à faire six prévisions correctes d’affilée, tandis que la proportion est de 0,9% chez les femmes. N’allons pas croire pour autant que les hommes s’en sortent nettement mieux que les femmes pour ce qui est des prévisions boursières. En effet, la majorité des participants, aussi bien chez les hommes que chez les femmes, n’a pas été en mesure de faire une prévision correcte de l’évolution du SMI le jour suivant. Seuls 45,5% des hommes et 44,2% des femmes y sont parvenus. Autrement dit, il aurait mieux valu lancer une pièce, vu que, dans ce cas, la probabilité de tomber juste est de 50%.

Les différences entre les cantons sont plus grandes qu’entre les hommes et les femmes

Les différences relevées sont plus grandes entre les cantons qu’entre les sexes (voir tableau). On enregistre des taux de prévisions correctes supérieurs à 50% dans les cantons de Genève (50,4%), Bâle-Ville (50,5%), Nidwald (50,7%), Vaud (50,8%), Thurgovie (51,4%) et Fribourg (54,4%). Les participants du Jura et d’Appenzell Rhodes-Extérieures sont ceux qui obtiennent les résultats les plus spectaculaires, avec respectivement 66,0% et 72,4%. Toutefois, cela ne concerne qu’une poignée de participants, ce qui limite la pertinence statistique de ces résultats. En outre, personne, dans ces deux cantons, n’est parvenu à réaliser une série de six ou sept prévisions correctes.

Les cantons qui enregistrent proportionnellement le plus grand nombre de gagnants sont le Valais (3,1%), Soleure (3,3%) et le Tessin (6,8%). Cela ne signifie pas pour autant que les habitants de ces cantons ont, d’une manière générale, des affinités marquées avec la Bourse. En effet, les Tessinois et les Valaisans dans leur ensemble affichent précisément des taux de prévisions correctes particulièrement faibles, à savoir respectivement 39,8% et 41,0%. Les Lucernois, les Argoviens et les Neuchâtelois font encore moins bien, avec des taux respectifs de 40,9%, 40,2% et 31,9%.

Jeunesse ou expérience, quel est le meilleur atout?

Quelle importance joue l’expérience pour faire de bons pronostics? Considérable, aurait-on tendance à dire intuitivement. En effet, les plus de 70 ans constituent le groupe d’âge qui enregistre le taux de prévisions correctes le plus élevé (48,7%), tandis que les moins de 20 ans sont ceux qui affichent les plus mauvais résultats (43,5%). Toutefois, aucune des deux catégories ne compte dans ses rangs un vainqueur ayant réussi à aligner six ou sept prévisions correctes. C’est la tranche d’âge des 60-70 ans qui compte la plus grande part de gagnants (3,6%), largement devant les 30-40 ans (1,5%) et les 50-60 ans (1,4%).

La participation au jeu boursier via l’app mobile banking de la Banque Migros

Vous aussi, vous avez du flair pour les mouvements boursiers? Dans ce cas, tentez votre chance au jeu boursier de la Banque Migros. Pour participer en tant que cliente ou client de la Banque Migros, ouvrez le menu en haut à gauche dans l’app mobile banking et appuyez sur la rubrique «Jeu boursier». Il est également possible de participer au jeu sur banquemigros.ch. Le concours est gratuit et n’est associé à aucune obligation d’achat. La participation est ouverte à toutes les personnes de 18 ans révolus domiciliées en Suisse.

Quelle est la performance des différents cantons?
CantonPart de prévisions correctes pour le jour suivantPart de prévisions correctes plusieurs fois d’affilée
AG40,2%1,3%
AI33,0%0,0%
AR72,4%0,0%
BE45,0%0,9%
BL44,8%2,6%
BS50,5%0,0%
FR54,4%0,0%
GE50,4%1,1%
GL46,3%0,0%
GR47,0%0,0%
JU66,0%0,0%
LU40,9%2,8%
NE31,9%0,0%
NW50,7%0,0%
OW30,0%0,0%
SG49,3%0,0%
SH47,8%0,0%
SO48,7%3,3%
SZ46,2%0,0%
TG51,4%1,3%
TI39,8%6,8%
UR20,0%0,0%
VD50,8%0,0%
VS41,0%3,1%
ZG49,6%0,0%
ZH4,5%1,5%
Exemple de lecture: 40,2% des participants argoviens ont fait une prévision correcte de l’évolution suivie par l’indice des actions SMI pour le jour suivant. Par contre, 1,3% d’entre eux seulement ont réussi à aligner six ou sept prévisions correctes.

Articles similaires

2 commentaires Dans quel canton se trouvent les plus fins spécialistes boursiers?

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires