Planification de la retraite à 50 ans: avez-vous une lacune de prévoyance?

Le début de la cinquantaine est le moment idéal de reconnaître une éventuelle lacune de prévoyance et prendre des mesures correspondantes. Notre test de retraite vous familiarisera avec le sujet. Découvrez aussi les options dont vous disposez, au-delà de 50 ans, pour assurer le financement du coût de la vie après la retraite.

Dernièrement, une femme m’a annoncé fièrement. «Je ne prendrai jamais ma retraite! Je veux travailler tant que je peux.» Elle pourrait cependant être nettement plus détendue si sa situation de prévoyance était plus favorable. En tant qu’entrepreneuse individuelle, elle ne s’en est jamais vraiment soucié. Et à l’approche de l’âge de la retraite, elle n’a plus vraiment le choix. Sa seule option est de continuer à travailler.

A 50 ans, la question décisive est bien celle-ci: aurais-je les moyens de prendre ma retraite?

Quand on planifie sa retraite à 50 ans, la question décisive est de savoir si on aura les moyens de la prendre. Si vous avez une lacune de prévoyance, il est grand temps de corriger le tir si vous voulez vous assurer des jours tranquilles comme retraité(e). Si la planification financière, ou toute autre analyse professionnelle, révèle une lacune de prévoyance à 50 ans, vous disposez de trois leviers pour améliorer votre retraite: les années d’activité restantes, le revenu réalisé pendant cette période d’activité et l’épargne.

1. La durée d’activité restante

En Suisse, l’âge ordinaire de la retraite est de 64 ans pour les femmes et de 65 ans pour les hommes. Il est cependant possible de prendre une retraite anticipée dès 58 ans, ou de travailler jusqu’à 5 ans au-delà de l’âge ordinaire. A 50 ans, on a donc encore entre 8 et 20 ans d’activité professionnelle devant soi. Cette différence énorme montre bien de quelle marge de manœuvre vous disposez en matière de planification. Il vaut donc la peine d’être rapidement au clair sur ses souhaits à cet égard.

2. Le revenu pendant la période d’activité restante

Si vous souhaitez ralentir un peu le rythme durant vos dernières années d’activité, vous pouvez par exemple réduire votre taux d’occupation ou renoncer à votre fonction de cadre. Mais le contraire est aussi possible: un saut de carrière accompagné d’une hausse de salaire, ou une augmentation du taux d’occupation, par exemple de 60% à 100%. Autant de décisions qui influeront grandement autant sur votre budget que sur votre prévoyance vieillesse.

3. La part d’épargne dans votre budget

En cas de lacune de prévoyance à la cinquantaine, la solution consiste pratiquement toujours à passer une, voire deux, vitesses supérieures en matière d’épargne. Mais il est souvent aussi conseillé d’augmenter son taux d’occupation dans le cadre d’une planification financière.

Plus il reste de temps avant la retraite, plus l’épargne gagne en importance.

Si vous épargnez à titre privé, en plus de l’épargne obligatoire (AVS/premier pilier et, pour les employés, LPP/deuxième pilier), trois options d’optimisation s’offrent à vous: les versements dans le pilier 3a («prévoyance liée»), particulièrement attrayant sur le plan fiscal, un rachat supplémentaire dans le deuxième pilier (LPP) ou l’épargne libre (pilier 3b) – par exemple sous la forme d’un compte d’épargne ou de placements en titres.

Admettons dans notre exemple que notre cinquantenaire soit employée à 100%. Elle gagne 120 000 francs, soit bien plus que la moyenne helvétique, mais ne met rien de côté, en dehors de la prévoyance obligatoire. Elle alimente les premier (AVS, AI) et deuxième (LPP) piliers de la prévoyance vieillesse grâce à son revenu élevé, mais occulte complètement le troisième pilier, celui de l’épargne privée (en partie fiscalement privilégié). En comparaison, une personne au revenu annuel de 80 000 francs qui en économise 20% en aura fait autant pour la prévoyance vieillesse. Là encore, cela montre quelle marge de manœuvre vous avez.

Epargner régulièrement pour se constituer un capital vieillesse de façon ciblée. Evolution du patrimoine en fonction du taux d’épargne (sans tenir compte de l’effet des intérêts composés)
Exemple pour un revenu brut de 80 000 francs par an
Une épargne régulière avec un taux d’épargne constant pendant 15 ans génère les capitaux finaux suivants:
Taux d’épargne 5% (4000 francs) par an = 60 000 francs
Taux d’épargne 10% (8000 francs) par an = 120 000 francs
Taux d’épargne 20% (16 000 francs) par an = 240 000 francs

La question de l’éventuelle lacune de prévoyance est importante bien avant 50 ans déjà. Mais plus l’heure de la retraite approche, plus les activités qui feront toute la différence deviennent cruciales.

Dans notre série de blogs en trois volets, nous penchons ainsi sur les trois groupes de personnes suivants:
● celles qui planifient leur retraite à 50 ans (le présent article);
celles qui la planifient à 55 ans
celles qui la planifient à 60 ans

Les priorités et les axes de réflexion varient en effet fortement au fil de ces trois phases de vie.

Familiarisez-vous avec le sujet en faisant notre test de retraite en ligne.

Apprenez, grâce à notre test, quels sont les éléments essentiels pour planifier la retraite. Vous obtiendrez un aperçu des questions décisives et des pistes de réflexion en remplissant et évaluant vous-même le questionnaire.

Comme la femme citée au début de l’article, j’aimerais moi aussi continuer à travailler au-delà de l’âge de la retraite. Mais j’aimerais prendre cette décision librement, pas y être contraint. Il s’agit là d’un des objectifs de la prévoyance vieillesse personnelle. Je vous conseille donc aussi de planifier votre retraite dans la mesure du possible dès le début de la cinquantaine, afin de profiter comme vous l’entendez de la phase après votre activité professionnelle.

Vous avez répondu aux questions de l’auto-évaluation et vous pensez que le résultat correspond à votre situation? La tâche de l’équipe de planification financière est d’approfondir le sujet et de vous montrer précisément, à l’aide d’une analyse détaillée, comment assurer une prévoyance vieillesse qui réponde à vos projets et à vos rêves.

Nous serions heureux de vous accueillir prochainement dans une succursale de la Banque Migros à proximité de chez vous.

> Vous trouverez le quiz ici.

Articles similaires

1 commentaire au Planification de la retraite à 50 ans: avez-vous une lacune de prévoyance?

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires