Comment profiter de sa retraite à l’étranger

Le soleil, la mer, la plage – des vacances éternelles: beaucoup de Suisses rêvent de passer leur retraite à l’étranger. Pour la douceur du climat, mais aussi le faible coût de la vie et des soins. Il faut cependant éviter de tomber dans certains pièges en matière de prévoyance et de sécurité sociale.

AVS/AI/PC (1er pilier)

Vous pouvez vous faire virer vos rentes au domicile de votre choix. Généralement, le versement est effectué par la Caisse suisse de compensation, directement dans la monnaie de votre pays de résidence. Vous pouvez également demander le versement de votre rente sur un compte bancaire suisse.
En cas de déménagement à l’étranger, vous ne recevez plus d’allocation pour impotent ni de prestations complémentaires, mais pouvez dans certaines circonstances continuer de toucher vos rentes AI. Cela dépend du degré d’invalidité et du pays de résidence (plus d’informations ici). La Suisse ne prélève pas d’impôts sur les rentes AI ni sur les rentes AVS. Au lieu de cela, l’imposition incombe à votre nouveau pays de séjour.

Caisse de pension (2e pilier)

Contrairement aux rentes AVS et AI, les rentes et retraits de capital de la caisse de pension sont soumis à l’impôt à la source suisse. Cependant, s’il existe une convention de double imposition (CDI) entre la Suisse et votre nouveau pays de résidence, vous pouvez demander le remboursement de l’impôt à la source sur vos retraits de capital et, en fonction des conditions de la CDI, vos rentes de caisse de pension ne seront même pas imposées. Mais en l’absence de CDI, les rentes et retraits de capital du 2e pilier sont soumis à un impôt à la source qui n’est pas remboursable. Et cela, même si vous devez déclarer une deuxième fois les prestations de la caisse de pension dans votre pays de domicile.
Si vos ne pouvez demander le remboursement de l’impôt à la source suisse, vous devriez au moins le maintenir à un bas niveau. Les possibilités d’aménagement découlent du fait que si vous résidez à l’étranger, l’imposition du 2e pilier s’effectue selon le canton dans lequel votre institution de prévoyance est domiciliée. Vérifiez avec votre caisse de pension si, avant de vous expatrier, vous pouvez transférer le capital auprès d’une fondation de libre passage dans un canton où l’impôt à la source est bas, p. ex. le canton de Schwyz.
Les fondations de libre passage ne proposent toutefois pas de rentes. Si vous souhaitez percevoir une rente, vous devrez laisser le capital auprès de votre caisse de pension, quel que soit le taux d’imposition à la source dans le canton où se trouve l’institution de prévoyance en question. Encore quelque chose qu’il faut savoir au sujet de la caisse de pension: selon les caisses, le virement de la rente à l’étranger n’est pas possible, et vous avez alors impérativement besoin d’un compte bancaire suisse.

Prévoyance liée (pilier 3a)

L’imposition du pilier 3a se fait comme celle du 2e pilier, c’est-à-dire que les versements de capital sont soumis à l’impôt à la source suisse et peuvent faire l’objet d’une demande de remboursement s’il existe une CDI. En l’absence de CDI, le transfert dans une institution de prévoyance située dans un canton à faible taux d’imposition à la source est recommandé. Ou alors, vous retirez les capitaux 3a anticipativement – cela est possible sans autres jusqu’à cinq ans avant l’âge de la retraite. Vous pouvez effectuer des retraits encore plus tôt à condition qu’ils soient affectés à un but précis, p. ex. le remboursement du prêt hypothécaire. Cela peut s’avérer particulièrement judicieux en prévision de votre émigration si vous devez vendre votre logement en propriété.
D’autre part, vous pouvez conserver votre compte de prévoyance 3a jusqu’à l’âge ordinaire de la retraite. (Un éventuel compte ou dépôt de libre passage peut même être maintenu pendant cinq ans au-delà de l’âge de la retraite, même si vous habitez à l’étranger.)

Caisse maladie

Vous pouvez également conserver votre caisse maladie suisse si vous résidez dans un pays de l’UE ou de l’AELE et que vous percevez une rente AVS ou de la caisse de pension suisse. Dans les pays non membres de l’UE/AELE, il peut être recommandé de contracter une assurance privée internationale telle qu’elle est proposée par quelques caisses maladie suisses plutôt que l’assurance-maladie locale.

Planification fiscale et successorale

En cas d’émigration, vous devriez en outre vous informer suffisamment tôt sur la situation fiscale et successorale dans le pays de destination. Il ne faut pas oublier les deux points suivants. Premièrement: si vous possédez encore un bien immobilier Suisse, vous restez imposable en Suisse même en résidant à l’étranger. Deuxièmement: afin d’éviter de mauvaises surprises par la suite, il est recommandé de déterminer au préalable quel droit s’applique au traitement de la succession. En principe, c’est le droit successoral du pays de domicile. Selon le pays, vous pouvez cependant décider dans votre testament que l’héritage doit être régi par le droit suisse.
Mais même si la succession est partagée selon le droit suisse, le montant de l’impôt sur les successions sera calculé selon les règles de votre pays de résidence étranger.

Articles similaires

2 commentaires Comment profiter de sa retraite à l’étranger

  1. Je ne suis pas d’accord avec votre article sur la caisse maladie,
    Les faits, la LAMAL vous oblige à garder votre assurance maladie en Suisse avec les primes faramineuses Suisses. Mais refuse de vous rembourser les factures en Espagne.
    Que dit la caisse suisse, vous devez aller aux offices de la sécurité espagnole.
    La position de celle-ci: vous devez vous faire rembourser par l’assurance où vous payez les primes en CH. Logique, espagnole?
    Bref, ni l’ES ni la CH respecte les accords bilatéraux, parce ça les dépassent totalement.
    J’ajoute qu’aucune assurance privée, ni ES ni CH, n’acceptent des assurés ayant passé les 70 ans!
    J’ai dit,
    à bone entendeur

    1. Bonjour Monsieur,

      Nous vous remercions de votre commentaire. En effet, c’est un point important que vous soulignez. Si vous êtes en désaccord avec votre assurance-maladie, vous pouvez vous adresser à l’Ombudsman de l’assurance-maladie. Vous trouverez plus d’indications sous le lien suivant : https://www.om-kv.ch/fr

      Meilleures salutations, Jeannette Schaller

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires