Championne de l’innovation

En comparaison internationale, l’économie suisse tire fort bien son épingle du jeu. Pensez-vous qu’elle pourra conserver cette position de leader à l’avenir?

L’essor économique de la Suisse est impressionnant. Au cours du siècle dernier, notre bien-être – mesuré sur la base du revenu réel par habitant – a été multiplié au moins par cinq. Alors qu’au début du XXe siècle, une famille consacrait en moyenne deux tiers de son revenu à l’alimentation et à l’habillement, cette proportion n’est plus que d’un sixième aujourd’hui. Mais pourquoi notre situation s’estelle à ce point améliorée? Ce ne sont pas les facteurs de production – travail, capital et terre – qui ont permis ce développement. Rares par nature, ces derniers ne peuvent être multipliés indéfiniment. Nous devons plutôt notre bien-être à l’ampleur du progrès technique: l’ingéniosité et l’innovation représentent une source inépuisable de croissance.

La Suisse en tête
La Suisse en tête
Dépôts de brevets pour un million d’habitants.
Ce sont les Suisses qui déposent le plus grand nombre de brevets internationaux par habitant. Le graphique met en évidence les six champions de l’innovation ainsi que d’autres pays sélectionnés. (Source: Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle)

A cet égard, le nombre de brevets déposés est un excellent indicateur de la capacité d’innovation d’un pays, et donc de sa future croissance.

Dans ce domaine, la Suisse est sans conteste le leader mondial: c’est chez nous que le nombre de brevets déposés par habitant est le plus élevé (cf. graphique). Nous avons même dépassé la Suède et la Finlande, qui ont longtemps fait la course en tête. L’exemple de la Corée du Sud est à noter: après une progression fulgurante, elle se classe déjà au sixième rang mondial en 2012, devant l’Allemagne.

Novartis et Roche sont les précurseurs

Environ un brevet suisse sur six concerne l’industrie pharmaceutique et les biotechnologies grâce aux fleurons que sont Novartis et Roche. Ces deux entreprises se placent respectivement en deuxième et en troisième position en matière d’investissement privé dans la recherche, derrière Toyota. Chez Novartis, le budget atteignait la coquette somme de 8,7 milliards de francs en 2012, dont 40% pour la Suisse. Autre source de fierté: le nombre de branches dans lesquelles notre économie joue un rôle de premier plan. Des groupes aussi divers qu’ABB, Nestlé, Syngenta et Swatch comptent parmi les entreprises les plus actives en matière de dépôts de brevets. En 2012, la société d’horlogerie occupait une position de chef de file mondial dans la catégorie «design industriel». Les données concernant les brevets montrent que les actionnaires des sociétés suisses les plus performantes profitent de cette capacité d’innovation exceptionnelle. Ces entreprises sont en outre extrêmement rentables et distribuent chaque année des milliards de dividendes. Les chiffres indiquent également que notre bien-être est assuré à long terme, ce qui est à n’en pas douter une bonne nouvelle au vu de la crise qui secoue nombre de nos voisins.

Comment voyez-vous l’avenir de l’économie suisse? Participez au débat!

Autres articles susceptibles de vous intéresser:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires