Anlegen Teekanne

«Cash… What else?»

Les épargnants sont les victimes de la politique actuelle des taux bas. Cette affirmation revient comme une ritournelle ces temps-ci. Mais qu’en est-il réellement? Nous avons fait le calcul.

Les Suisses n’ont jamais détenu autant de liquidités. Fidèles à la devise «Rien ne vaut mieux que l’argent comptant», les Suisses accumuleraient – selon une statistique de la Banque nationale – pas moins de 710 milliards de francs en liquide et sur des comptes d’épargne, soit 90 000 francs par habitant (enfants inclus). D’un point de vue purement arithmétique, la réserve d’argent liquide atteindrait même 200 000 francs par ménage (cf. le dossier ci-dessous).

De plus, ce stock augmente chaque année de 35 milliards de francs (soit de 10 000 francs par ménage). Les Suisses se montrent en revanche peu enclins à investir dans des actions ou des fonds d’investissement.

Est-ce toutefois raisonnable de laisser ses économies traîner sur un compte alors que les taux d’intérêt ont atteint leur niveau le plus bas?

Pour répondre à ces questions, nous devons analyser l’évolution du coût de la vie. Car économiser signifie tout simplement que la consommation sera reportée à une date ultérieure. Par conséquent, le taux d’intérêt devrait être au moins aussi élevé que l’inflation, sans quoi l’épargnant perdrait de son pouvoir d’achat. Comme le montre le graphique, cette condition a quasiment toujours été remplie durant les quatre dernières décennies. Le graphique illustre le taux d’intérêt sur le compte épargne-placement de la Banque Migros par rapport à l’indice des prix à la consommation. De 1979 à 1983 uniquement, les épargnants ont eu à subir une dépréciation réelle sur une période prolongée.

Economiser, un choix qui rapporte
Economiser, un choix qui rapporte
Le graphique montre l’évolution du taux d’intérêt sur le compte épargne-placement de la Banque Migros et de l’indice des prix à la consommation durant les quarante dernières années.

Le graphique indique également que le compte épargne était une solution particulièrement rentable entre 1994 et 2000, lorsque le taux d’intérêt était de 2% supérieur au taux d’inflation. Mais qu’en est-il aujourd’hui? A l’heure actuelle, le taux d’intérêt du compte épargne-placement est de 0,25%; le renchérissement est quant à lui de -1%. Pour l’instant, le pouvoir d’achat des épargnants est donc préservé. Cependant, les prévisions de la Banque nationale indiquent que l’inflation devrait remonter au-dessus de la barre du zéro d’ici la fin de l’année 2016. Il est cependant peu probable que la Banque centrale revoie le taux directeur actuel de -0,75% à la hausse d’ici la fin de l’année.

La force persistante du franc à l’égard de l’euro remet une hausse des taux d’intérêt en cause.

Pour vos économies, cela signifie que l’avoir réel sur votre compte continue d’augmenter de plus de 1%. Ceci dit, à long terme, il serait pourtant judicieux d’envisager également d’autres formes d’investissement afin de se prémunir contre une hausse du taux d’inflation. Dans ce blog, vous trouverez des conseils utiles sur la meilleure façon de procéder.

Découvrez comment minimiser grandement les risques de pertes en optant pour une approche par étapes: «Des actions? Il n’est jamais trop tard!».

Alors que les obligations ne sont guère plus rentables, le rendement sur dividendes a doublé: «Les taux d’intérêt dégringolent».

Bon nombre d’investisseurs perçoivent les actions comme un investissement hasardeux. Ces actifs sont-ils vraiment si risqués? Découvrez la réponse dans cet article.

Les fonds stratégiques sont des placements de base avantageux pour chaque portefeuille. De plus, ils se distinguent par des rendements intéressants comme vous pouvez le constater ici.

Votre tirelire va adorer – Mi-Fonds, l’investissement qui rapporte gros. En savoir plus: banquemigros.ch

Articles similaires

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires