Une histoire à succès depuis plus de 100 ans

Une entreprise telle que la Hans Weibel SA, dont le succès ne se dément pas depuis plus de 100 ans dans la construction routière en dépit des cycles et des fluctuations saisonnières, doit savoir bien calculer. C’est pourquoi cette société bernoise de tradition a opté pour la Banque Migros en tant que partenaire de leasing.

Rehhagstrasse à Bümpliz: on trouve à gauche l’entreprise de construction Hans Weibel SA et, à droite, le magasin Migros. Outre cette proximité géographique, les deux entreprises entretiennent également une étroite relation d’affaires. En effet, l’entreprise de construction de taille moyenne, qui est surtout présente sur le Plateau et en Suisse romande, est cliente de leasing de longue date de la Banque Migros.

Le leasing permet d’être flexible

«Le leasing présente le grand avantage de ne pas avoir à mobiliser tout le capital dès le début, mais de pouvoir répartir le financement dans le temps», explique Urs Berchtold, directeur financier de la Hans Weibel SA. Son entreprise choisit habituellement une durée de leasing de quatre à cinq ans, chaque tranche de financement comprenant des machines d’une valeur totale de plusieurs millions de francs.

La construction n’est pas seulement un secteur à forte intensité de capital, ses besoins financiers fluctuent aussi énormément en cours d’année. Ainsi, pendant la saison de construction qui va d’avril à octobre, il y a des pics marqués que seule la location temporaire de machines permet de maîtriser. «Pendant ces mois, nous engageons 50 à 70 employés temporaires pour compléter nos effectifs de 300 collaborateurs», déclare U. Berchtold. L’entreprise dispose même de sa propre société temporaire pour recruter des professionnels de manière ciblée.

Les liquidités varient elles aussi en fonction des besoins en personnel et en capitaux. «En saison, les conducteurs de travaux sont occupés à diriger les chantiers, de sorte que la facturation n’a lieu qu’à partir d’octobre», explique U. Berchtold. «Mais dans l’intervalle, il faut payer les salaires et les créanciers, de sorte que notre situation en matière de liquidités est régulièrement un peu tendue à l’automne.» Heureusement, les maîtres d’ouvrage, pour la plupart publics, font alors souvent pression: «Ils veulent régler les paiements pour l’année en cours afin d’exploiter entièrement les budgets octroyés.»

«Selon les cas, les mensualités de leasing peuvent être adaptées aux besoins saisonniers de liquidités d’une entreprise», explique Reto Gygax, responsable Team Clientèle Entreprises pour la Région Espace Mittelland à la Banque Migros. «Les entreprises du bâtiment et du génie civil, du secteur de l’horticulture ou du tourisme, p. ex., peuvent ainsi échelonner le montant de leurs mensualités. Ici et dans d’autres domaines, le leasing offre de multiples possibilités pour l’élaboration individuelle d’un contrat.»

«Conditions très compétitives»

L’entreprise Hans Weibel SA ne fait pas usage de l’option des mensualités de leasing variables. Mais la gestion des liquidités constitue un défi. «Notre limite en compte courant est toujours bien sollicitée pendant la saison», relève U. Berchtold.

La limite en compte courant est fournie par la Banque Migros, tout comme les avances à terme fixe existantes et un financement hypothécaire. Cette relation largement diversifiée entre la Hans Weibel SA et la Banque Migros remonte au dépôt-titres de la caisse de pension pour lequel l’entreprise de construction cherchait une solution avantageuse, qu’elle a trouvée à la Banque Migros en même temps qu’un conseil professionnel. «Nous estimons que les conditions de la Banque Migros sont très compétitives par rapport à la concurrence», explique U. Berchtold. «Nous faisons toujours jouer la concurrence et nous décidons pour les conditions les plus avantageuses. Celles-ci sont souvent proposées par la Banque Migros.»

Les avantages de l’intégration verticale

U. Berchtold ne loue pas uniquement des machines de chantier. Les travaux de revêtement routier constituent certes l’activité principale de la Hans Weibel AG, mais avec ses différentes filiales, l’entreprise couvre l’ensemble du processus de production, des carrières et des usines de revêtement aux sites de recyclage et de décharge, en passant par différents secteurs de la construction routière. «La Banque Migros fournit également un leasing pour des machines très spécialisées, qui vont bien au-delà des besoins standard dans le secteur de la construction», souligne Reto Gygax.

Si l’intégration verticale de la Hans Weibel SA commence déjà à l’échelon des carrières, c’est en raison des exigences de qualité élevées en matière de revêtements routiers, que des carrières propres à l’entreprise permettent de remplir au mieux, explique U. Berchtold. Pour ce qui est des prix des matériaux, l’entreprise est tout à fait compétitive par rapport aux prestataires étrangers. «Mais les frais de transport en Suisse sont deux à trois fois plus élevés», reconnaît U. Berchtold. «Pour chaque chantier, il faut donc calculer avec précision si l’achat est plus avantageux en Suisse ou à l’étranger.»

La population s’oppose souvent à l’élargissement des carrières et des décharges ou à l’ouverture de nouveaux sites, mais l’entreprise de construction souhaite néanmoins développer ces deux domaines dans les années à venir.

Un nouveau chapitre de l’histoire de l’entreprise

Depuis 2014, les activités de la société Hans Weibel SA et de ses filiales sont regroupées sous le toit de la Frédéric Steiner Holding. Avec Frédéric Steiner, c’est la nouvelle génération de la famille fondatrice qui a repris les rênes de la société. «Avec cette succession à la tête de l’entreprise, nous sommes sûrs de rester une entreprise familiale, comme c’est le cas depuis 1895», souligne U. Berchtold.

S’agissant de son évolution future, la société Hans Weibel SA peut continuer de compter sur le soutien de la Banque Migros.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires