Prévision des taux: le tournant est une nouvelle fois reporté

Les propriétaires de logement et ceux qui souhaitent le devenir peuvent continuer à se réjouir de possibilités de financement avantageuses. Les taux d’intérêt en Suisse resteront bas plus longtemps qu’on ne pensait jusqu’à présent. Une nouvelle baisse n’est toutefois pas en vue.

La Banque nationale suisse (BNS) a une nouvelle fois laissé son taux directeur inchangé, lors de sa dernière appréciation trimestrielle de la situation en matière de politique monétaire. La moyenne de la marge de fluctuation du Libor à trois mois en francs suisses, actuellement de -0,75%, s’établit ainsi dans la zone négative depuis plus de quatre ans. Avec en toile fond un franc suisse toujours fortement valorisé et un renchérissement annuel nettement inférieur à la valeur cible de 2%, la décision n’a pas surpris.

Les attentes en matière de taux d’intérêt des investisseurs ont en revanche fortement changé. Il y a encore peu, une hausse des taux directeurs par la BNS début 2020 semblait réaliste. Entre-temps, ce scénario a été à nouveau largement rejeté. Les taux d’intérêt devraient rester bas plus longtemps qu’on ne l’attendait jusqu’ici.

Cela s’explique par la modification de la Forward Guidance de la Banque centrale européenne (BCE). Lors de la dernière réunion du Conseil, début mars, Mario Draghi a annoncé son intention de ne pas toucher aux taux directeurs dans la zone euro jusqu’à fin 2019 au moins. Auparavant, il avait été dit que les taux devraient rester à leur niveau actuel jusqu’à la fin de l’été 2019 au moins. La BNS ne va très probablement pas relever son taux directeur avant la BCE, afin d’éviter une nouvelle poussée du franc à la hausse.

Par ailleurs, M. Draghi a annoncé un nouveau programme de refinancement pour les banques commerciales, appelé TLTRO III (Targeted Longer-Term Refinancing Operations; refinancements ciblés à long terme). De manière simplifiée, il s’agit de crédits très avantageux accordés aux banques commerciales. Une mesure qui vise à encourager l’octroi de crédits aux banques commerciales, afin de stimuler la croissance économique et de mettre l’inflation sur la bonne voie.

Ces mesures expansionnistes tiennent compte de la faiblesse de l’inflation et de la faiblesse conjoncturelle dans la zone euro. La BCE a revu à la baisse ses prévisions de croissance et d’inflation lors de sa réunion du mois de mars. Face à la récession menaçante, la BCE pourrait d’abord utiliser tous les instruments de politique monétaire non conventionnels disponibles (reprise de l’assouplissement quantitatif compris), avant d’envisager de baisser les taux directeurs. Car il est bien clair que si la zone euro devait entrer en récession cette année, le tournant en matière de taux d’intérêt serait reporté aux calendes grecques.

Pour la Suisse, nous tablons sur une évolution latérale des taux d’intérêt, toutes échéances confondues. Les financements resteront donc avantageux encore pendant longtemps pour les propriétaires de logement. Une nouvelle diminution des rémunérations hypothécaires n’est toutefois pas en vue, car des baisses de taux directeurs dans la zone euro et en Suisse sont actuellement improbables.

Tendance des taux hypothécaires pour ces prochains mois

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires