Pourquoi l’essence et le mazout ne baissent pas davantage?

Le marché des combustibles et carburants fossiles subit lui aussi les effets de la pandémie de coronavirus. Toutefois, pour les clients finaux, de telles crises ont un avantage: l’essence, le diesel et le mazout deviennent en effet nettement plus avantageux. Mais pourquoi le prix de ces produits finis ne diminue-t-il pas dans la même proportion que celui du pétrole brut?

L’essence, le diesel et le mazout sont issus du pétrole brut. Avant de pouvoir être utilisée en Suisse, cette source d’énergie fossile a déjà parcouru des milliers de kilomètres dans des tuyaux, pipelines, bateaux, raffineries, entrepôts intermédiaires et camions depuis le pays de production jusqu’à chez nous. En 2018 (les statistiques annuelles 2019 ne sont pas encore disponibles), ce sont ainsi 5,199 millions de tonnes d’essence et de diesel et 2,350 millions de tonnes de mazout qui ont été acheminées par ces canaux vers les consommateurs finaux suisses. Les pays d’origine du pétrole brut et des produits finis importés sont principalement situés dans la zone Moyen-Orient et Russie.

Plusieurs facteurs d’influence

Les prix des produits finis, à savoir l’essence, le diesel et le mazout, se composent des éléments suivants: prix de base du pétrole brut, coûts de raffinage, de production, de transport et de négoce, taxes (impôt sur les huiles minérales et TVA). Ces dernières représentent plus de la moitié du prix des carburants à la pompe, et plus d’un tiers pour le mazout. En outre, l’évolution des volumes et des cours sur les marchés internationaux influence le prix.

La politique de production de l’OPEP, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, a également un effet sur le prix. Il arrive régulièrement que des situations politiquement difficiles telles que le conflit actuel entre les producteurs pétroliers d’Arabie saoudite et de Russie impactent les quantités de pétrole et le prix du marché. Par ailleurs, les prix nationaux en Suisse sont tributaires du cours du dollar américain et du coût du transport sur le Rhin. La logistique et la distribution, c’est-à-dire les tarifs pour le transport ferroviaire et routier, jouent également un rôle. En fin de compte, plus le client final est éloigné de l’entrepôt, plus le combustible ou le carburant revient cher.

Cette «chaîne d’approvisionnement en pétrole» avec ses différents acteurs et «marchés intermédiaires», qui fixent leurs propres prix en fonction de l’offre et de la demande, a donc un effet sur le prix du produit final. L’acheminement par le Rhin, par exemple, peut être influencé par des niveaux d’eau très bas, qui obligeront à charger nettement moins les bateaux; d’où un renchérissement du transport et, partant, du produit final. Un durcissement des conditions-cadres, telles que les exigences environnementales imposées à une raffinerie, peut lui aussi entraîner une hausse des prix à court terme, étant donné que l’obligation de mise à niveau qui en résulte peut conduire à une pénurie temporaire de l’offre sur ce «marché intermédiaire» de la chaîne d’approvisionnement.

Acheter du mazout à bon prix et se le faire livrer dans quelques mois

En raison des divers facteurs mentionnés ci-dessus, les prix du pétrole brut n’évoluent donc pas nécessairement en parallèle avec ceux de l’essence, du diesel et du mazout. L’essentiel, pour les clients finaux, est de conserver la vue d’ensemble du marché. Ils ne devraient, si possible, pas attendre le dernier moment pour commander du mazout, au risque de devoir peut-être l’acheter à un prix de marché élevé. Au lieu de cela, on peut acheter du mazout à l’avance, quand il est relativement «avantageux», et se le faire livrer ultérieurement, lorsque l’on en aura réellement besoin. À l’heure actuelle, compte tenu des prix relativement bas, il est judicieux de réfléchir dès à présent à un achat de mazout, même si l’on n’en aura besoin que dans quelques mois, voire l’année prochaine. Les conducteurs devraient également être vigilants en ce qui concerne l’essence et le diesel.

Articles similaires

2 commentaires Pourquoi l’essence et le mazout ne baissent pas davantage?

  1. Mentionnez le détail du coût dun litre d’essence ou diesel! Un exemple avec le prix du baril pré- et post-coronavirus. Sinon cela reste malheureusement nébuleux pour qui ne connaît pas.
    Bon article sinon!

  2. Madame, Monsieur,
    Personne n’a encore réussi à m’expliquer pourquoi l’essence pour voiture est systématiquement toujours moins chère de plusieurs centimes au Tessin par rapport au Valais ou à Genève…
    Avec mes meilleures salutations.

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires