Le combat de la Chine contre le Covid

Malgré l’importance des coûts sociaux et économiques engendrés, la Chine reste fidèle à sa stratégie «zéro Covid», ce qui met en danger la conjoncture mondiale.

Fidèle à sa ligne dure et à sa stratégie «zéro Covid», le gouvernement chinois a placé en confinement partiel ou total des dizaines de régions et des millions d’habitants depuis le début de l’année. Le variant Omicron, particulièrement contagieux, se répand très rapidement malgré des mesures de protection drastiques, poussant ainsi l’Empire du Milieu au bord de l’explosion sociale et médicale. 

Nombreuses sont les raisons qui ont poussé le gouvernement chinois à rester fidèle à sa politique de tolérance zéro malgré les souffrances de la population. Si la Chine présente l’un des taux de vaccination les plus élevés au monde avec près de 90%, et même si environ 50% de la population est triplement vaccinée, ses vaccins sont beaucoup moins efficaces que les vaccins proposés en Occident. Selon une modélisation de l’Université Fudan de Shanghai, le système de santé chinois serait rapidement totalement dépassé en cas de hausse incontrôlée des nouvelles infections, notamment dans les régions rurales, dont les infrastructures médicales sont très rudimentaires, contrairement aux grandes métropoles chinoises. Le recours au vaccin occidental pourrait désamorcer le problème, mais cette option semble très peu probable en raison de considérations de politique intérieure. Afin de garder un certain contrôle sur la vague Omicron, le gouvernement n’a pas d’autre choix que de miser sur des mesures de protection restrictives.

L’économie en pâtit de plus en plus

Les conséquences économiques des mesures de confinement sont de plus en plus visibles dans les données sur l’évolution conjoncturelle. Les chiffres des volumes d’affaires du commerce de détail et de la production industrielle publiés lundi dernier se sont avérés bien plus faibles que prévu, et montrent que le combat contre le coronavirus pèse davantage sur l’économie chinoise que ce qui est admis jusqu’à présent. L’objectif de croissance de 5,5% fixé par le gouvernement – soit dit en passant le plus faible de ces 30 dernières années – semble de moins en moins atteignable, malgré les ponctuelles mesures de relance de l’État. D’autant plus si l’on considère la crise majeure que traverse le secteur immobilier, véritable pilier économique. C’est pourquoi on peut s’attendre à ce que le gouvernement soutienne plus largement l’économie au cours des prochains mois. On peut d’ailleurs s’interroger sur l’efficacité des mesures de relance dans la situation actuelle.

Les difficultés de Pékin dans sa lutte contre le virus ont aussi un impact sur l’économie mondiale. La deuxième économie mondiale n’est plus en mesure d’assurer son rôle habituel de moteur de la croissance. Outre les risques conjoncturels grandissants en Europe, la faiblesse de la Chine alimente les inquiétudes pour la croissance. Les confinements empêchent en outre les chaînes d’approvisionnement de se rétablir. Une nouvelle aggravation des problèmes d’approvisionnement pourrait prolonger l’inflation et obliger les banques centrales à resserrer encore plus leur politique monétaire, avec les conséquences négatives que cela entraînerait pour la croissance économique et sur les marchés des actions.

The table shows the declining retail sales in China since April 2021.

Disclaimer
Les informations contenues dans la présente publication de la Banque Migros SA servent à des fins publicitaires et d’information conformément à l’art. 68 de la loi sur les services financiers. Elles ne sont pas le résultat d’une analyse financière (indépendante). Elles ne peuvent en aucune façon être interprétées comme une incitation, une offre ou une recommandation portant sur l’achat et la vente d’instruments de placement, sur la réalisation de transactions particulières ou sur la conclusion de tout autre acte juridique, mais sont données uniquement à titre descriptif et informatif. Ces informations ne constituent ni une annonce de cotation, ni une feuille d’information de base, ni un prospectus. En particulier, elles ne constituent pas une recommandation personnelle ni un conseil en placement. Elles ne tiennent pas compte des objectifs de placement, du portefeuille existant, de la propension au risque, de la capacité de risque ni de la situation financière ou d’autres besoins particuliers du destinataire. Le destinataire est expressément invité à prendre ses éventuelles décisions de placement sur la base de ses propres clarifications, y compris l’étude des feuilles d’information de base et prospectus juridiquement contraignants, ou sur la base des informations fournies dans le cadre d’un conseil en placement. Les documents juridiquement contraignants sont disponibles sur http://www.migrosbank.ch/bib, pour autant qu’ils soient obligatoires et fournis par l’émetteur. La Banque Migros ne garantit ni l’exactitude ni l’exhaustivité des présentes informations et décline toute responsabilité en cas de pertes ou dommages éventuels de quelque nature que ce soit pouvant résulter de l’utilisation de ces informations. Les présentes informations constituent seulement un instantané de la situation à la date d’impression et ne sont pas automatiquement revues à intervalles réguliers.

Articles similaires