La part d’ombre d’Internet

Chacun connaît les innombrables possibilités qu’offre Internet et nul n’ignore que la numérisation a conduit à des bouleversements dans certains secteurs et à la création de nouvelles activités. À l’instar de la vie réelle, il y a également un marché noir sur le web, appelé Darknet. Les utilisateurs de cartes de crédit en sont les premières victimes. Lisez ici comment vous protéger.

Mais qu’est-ce que le Darknet au juste? Contrairement à l’Internet dit « normal », le Darknet n’est pas basé sur un serveur central, mais sur de nombreux ordinateurs privés connectés entre eux. Les données échangées entre les utilisateurs sont toujours cryptées. L’accès ne se fait pas par un navigateur normal, mais par un logiciel spécial qui se connecte à Darknet et qui procède au cryptage des données. La fonction de recherche s’organise aussi différemment, car il n’existe pas encore de Google spécifique pour Darknet. Les pages ne sont accessibles que par le biais de listes de liens.

Cet anonymat attire les utilisateurs les plus hétéroclites, notamment des activistes de réseau, des défenseurs de libertés, mais aussi des trafiquants de drogue ou des criminels.

L’une des activités criminelles de Darknet concerne les cartes de crédit et d’autres moyens de paiement. En fonction de l’avoir disponible, un compte Paypal contrôlé peut être obtenu à partir de 2 dollars déjà, et une carte de crédit fonctionnelle à partir de 7 dollars environ. On peut obtenir une bonne contrefaçon d’un billet de 50 euros à partir de 8 dollars.

À l’instar de l’Internet dit normal, Darknet propose aussi des systèmes d’évaluation des prestataires. Les acheteurs peuvent évaluer le vendeur. Si les données de cartes de crédit ne s’avèrent pas authentiques, l’acheteur peut attribuer une mauvaise note au vendeur. Les magasins en ligne Darknet appliquent encore d’autres mécanismes, dont l’envoi sécurisé, l’assistance, les CG, des programmes de fidélisation de la clientèle et des rabais.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires