Cheese cake slices

Qu’est-ce qu’un fractionnement d’actions?

Il y a quelques semaines, le géant technologique américain Apple et le fabricant de voitures électriques Tesla ont fractionné leurs actions. Que signifie un fractionnement d’actions pour le dépôt, et pourquoi les entreprises fractionnent-elles réellement leurs actions?

Tôt ou tard, la plupart des investisseurs verront leur portefeuille d’actions fractionné. En principe, on distingue deux types: le fractionnement d’actions classique (en anglais: forward split) et le «reverse split». La fractionnement classique des actions est la variante la plus courante et peut être comparativement souvent observée chez les entreprises en croissance. Cette variante augmente le nombre d’actions en circulation tout en réduisant proportionnellement la valeur par action. Les fractionnements sont toujours indiqués selon un rapport. Par exemple, un fractionnement à deux pour un est représenté comme 2:1. Des rapports d’échange «impairs» tels que 3:2 ou 5:4 sont également possibles.

Procédure neutre

Que signifie un «fractionnement d’actions» pour le portefeuille? Supposons qu’un investisseur détient 100 actions de l’entreprise ABC au cours boursier actuel de 100 francs suisses. La valeur totale de la position en actions s’élève donc à 10’000 CHF (100 actions sur 100 CHF). Si l’entreprise a annoncé un fractionnement d’actions de 2:1 au 30 octobre 2020, l’actionnaire reçoit un nouveau supplément pour chaque action qu’il détient. Le nombre de titres est doublé dans le dépôt, mais le cours de l’action diminue à 50 CHF (100 divisé par deux). 

Après le fractionnement des actions, l’investisseur détient 200 actions de l’entreprise ABC à 50 CHF par part. La valeur de la position en actions reste inchangée à 10’000 CHF (200 actions multipliées par 50 CHF). Un fractionnement d’actions n’affecte donc pas la valeur totale d’une position, mais le nombre d’actions négociables et le cours de l’action. Dans le cas d’un fractionnement d’actions, le nombre d’actions est augmenté et la valeur nominale par action est réduite. Le capital-actions de l’entreprise reste donc inchangé. Un fractionnement d’actions a également un effet neutre sur les dividendes. Avec un rapport de 2:1, les dividendes par action sont certes divisés par deux, mais il est versé sur le double du nombre d’actions. En fin de compte, l’actionnaire reçoit le même montant de dividendes qu’avant le fractionnement. 

Considérons l’exemple également du point de vue d’une entreprise. L’entreprise ABC a dix millions d’actions en circulation, le cours de l’action est de 100 CHF et la capitalisation boursière s’élève donc à 1 milliard de CHF. Supposons que l’entreprise réalise un fractionnement d’actions de 2:1: 20 millions d’actions sont désormais négociables, la valeur boursière de l’entreprise est toujours de 1 milliard de CHF, et le prix de l’action est divisé par deux pour atteindre 50 CHF. Le pourcentage de chaque actionnaire dans l’entreprise reste inchangé.

 Avant le fractionnementAprès le fractionnement
Rapport de fractionnement 2:1
Nombre d’actions10 millions20 millions
Cours des actions100 CHF50 CHF
Capitalisation boursière
CHF 1 miaCHF 1 mia
Rapport de fractionnement 3:2
Nombre d’actions10 millions15 millions
Cours des actions100 CHF66,66 CHF
Capitalisation boursière
CHF 1 miaCHF 1 mia

Une plus grande classe d’investisseurs

Mais pourquoi les entreprises fractionnent-elles leurs actions? Il y a plusieurs explications à ce sujet. Les raisons les plus importantes sont sans doute que les actions sont plus faciles à négocier et visuellement plus avantageuses après un fractionnement, ce qui rend le titre attrayant pour de plus larges classes d’investisseurs. Un fractionnement d’actions peut également contribuer à améliorer la liquidité d’une action en réduisant la marge cours acheteur/cours vendeur en raison du nombre plus élevé d’actions négociables. Des études montrent par ailleurs qu’un cours des actions trop élevé constitue un obstacle à l’entrée de nombreux investisseurs et qu’ils s’abstiennent donc d’acheter de tels titres. 

De plus, une action à prix élevé complique également la diversification. Par exemple, le légendaire investisseur américain Warren Buffett n’a jamais fractionné les actions A de sa société holding Berkshire Hathaway (BRK-A). Entre-temps, une action A coûte environ 324’560 dollars américains. Ces titres sont donc inabordables pour la plupart des investisseurs privés. En Suisse également, il existe des valeurs aussi élevées, par exemple les actions nominatives du groupe de chocolat Lindt & Sprüngli, qui sont actuellement négociées à environ 85’400 CHF. Si un petit investisseur détenait une action A de Berkshire ou un titre de Lindt & Sprüngli, il ne pourrait pas réduire ce risque de concentration sans vendre l’ensemble de la position. 

Par contre, d’autres sociétés telles qu’Apple, Microsoft et Nike ont fractionné leurs actions à plusieurs reprises par le passé. Apple, par exemple, en août dernier (rapport 4:1) et avant cela en 2014 (rapport de 7:1). D’une manière générale, les investisseurs réagissent positivement aux fractionnements d’actions. Les fractionnements indiquent que l’entreprise veut attirer les investisseurs en rendant le prix de l’action plus abordable et en augmentant le nombre d’actions disponibles. En fait, un fractionnement d’actions n’a pas d’incidence sur la valeur fondamentale d’une action. 

En fin de compte, un fractionnement d’actions est plutôt une action «cosmétique» qui s’adresse à la psychologie des investisseurs. Par exemple, de nombreux investisseurs pensent que le prix d’une action (malgré la même évaluation) est plus élevé à 1000 CHF qu’à 100 CHF. Beaucoup se sentent également plus à l’aise s’ils détiennent 100 actions à 100 CHF par titre que 1 action à 10’000 CHF par titre. D’autres pensent qu’il est plus probable qu’un cours de l’action de double pour passer de 100 à 200 francs que de 1000 à 2000 francs. Après une forte hausse des cours, de nombreuses entreprises réalisent donc à un moment donné un fractionnement d’actions pour ramener le cours de l’action à un niveau commercial plus populaire.

L’inverse est souvent mauvais

Toutes les actions ne sont toutefois pas toujours en plein essor – il y a aussi des mauvais élèves et des actions à problèmes. Venons-en ainsi au cas inverse, aux reverse splits. Ils sont généralement le signe d’une entreprise en difficulté. Les reverse splits sont plutôt rares, mais généralement ils surviennent lorsque le cours de l’action d’une entreprise est trop faible ou lorsque l’entreprise veut artificiellement augmenter le cours de l’action pour rester cotée sur une bourse. 

Dans le cas d’un reverse split, les actions ne sont pas divisées, mais regroupées. Supposons qu’un investisseur détient 10’000 actions au prix de 1 CHF par titre. Si l’entreprise réalise un reverse split avec un rapport de 1:10, l’investisseur détient ensuite 1000 actions à un cours de 10 CHF par titre. La valeur totale de la position en actions ne change donc pas non plus, mais l’investisseur détient désormais moins d’actions à un cours plus élevé. Du point de vue de l’entreprise, moins de titres circulent désormais, mais à un cours plus élevé. La capitalisation boursière reste inchangée.

 Avant le fractionnementAprès le fractionnement
Reverse Split 1:10
Nombre d’actions100 millions10 millions
Cours des actions1 CHF10 CHF
Capitalisation boursière
CHF 100 mio.CHF 100 mio.

La raison principale d’un regroupement d’actions est que les bourses fixent notamment des exigences de cours plancher pour les actions. Si, pendant un certain temps, le cours de l’action d’une entreprise est inférieur ou égal à ce seuil minimal, il est souvent plus facile pour une entreprise de réduire le nombre d’actions en circulation, de sorte que le prix de chaque action augmente automatiquement pour se conformer à la bourse. 

Bien entendu, cette procédure permet d’encourager les actions, mais la reprise des cours n’est souvent pas durable. Dans la plupart des cas, ce sont des problèmes d’entreprise fondamentaux qui ont fait chuter le cours aussi bas. Si les perspectives de l’entreprise ne changent pas, les investisseurs continueront d’éviter les titres même après un reverse split. La plupart, mais pas tous, des regroupements sont observés dans les petites capitalisations, qui n’ont pas été en mesure d’assurer une rentabilité constante et d’apporter une valeur ajoutée durable à leurs actionnaires. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires