Quelle est l’influence des taux d’intérêt sur le prix de l’or?

Les taux d’intérêt sont au plus bas, tandis que le prix de l’or est à la hausse. Quel est le lien entre les intérêts et le métal jaune?

Beaucoup d’investisseurs pensent que les taux d’intérêt influencent sensiblement le prix de l’or et qu’il existe une forte corrélation négative entre l’or et les taux d’intérêt. À première vue, cette hypothèse semble pertinente. Par exemple, si les taux d’intérêt montent, l’attrait des obligations et des comptes d’épargne devrait augmenter et la demande de biens réels baisser – et inversement. Toutefois, ces considérations ne sont que partiellement correctes.

Une faible corrélation

Des comparaisons à long terme montrent que la corrélation négative entre le prix de l’or et les taux d’intérêt tels que le Fed Funds Rate ou les rendements obligataires est faible. Cela signifie qu’il n’y a pas de lien évident entre l’évolution des taux d’intérêt et celle du prix de l’or. Par exemple, la hausse du prix de l’or dans les années 70 s’est accompagnée d’une forte augmentation des taux d’intérêt. Au cours des années 80 et 90, les taux d’intérêt ont à nouveau fortement baissé par moments, tandis que l’or connaissait plus ou moins une traversée du désert jusqu’au changement de millénaire.

Pas d’image claire

Toutefois, les taux d’intérêt cotés sur les marchés sont nominaux. Mais pour le marché de l’or, les taux d’intérêt réels sont beaucoup plus importants que les taux d’intérêt nominaux. En effet, les taux d’intérêt nominaux correspondent aux taux d’intérêt avant prise en compte de l’inflation, tandis que les taux d’intérêt réels sont les taux d’intérêt nominaux corrigés de l’inflation. L’inflation détermine donc la différence entre les taux d’intérêt nominaux et réels. Si les taux d’intérêt réels sont élevés, les investisseurs peuvent accroître leur pouvoir d’achat avec des placements portant intérêt. Les placements mieux rémunérés deviennent plus attrayants. À l’inverse, l’or, qui ne porte pas intérêt, est moins demandé lorsque les taux d’intérêt réels augmentent.

Les taux d’intérêt réels sont beaucoup plus importants

En raison des différents indices d’inflation, il existe plusieurs mesures des taux d’intérêt réels. Toutefois, les analystes utilisent souvent comme référence les rendements des emprunts d’État américains indexés sur l’inflation, les «Treasury Inflation Protected Securities» (TIPS). S’agissant de ces titres, le remboursement ou le coupon est lié à l’évolution d’un indice d’inflation. De telles obligations protègent l’investisseur contre le risque d’inflation.

L’image est différente lorsque, dans le contexte de l’or, ce sont les intérêts réels qui sont pris en compte et non les intérêts nominaux. En général, les taux d’intérêt réels sont corrélés négativement au prix de l’or. Des taux d’intérêt réels en hausse auront donc un effet négatif sur le métal jaune, alors qu’une baisse sera positive. Cela s’explique notamment par le fait que des taux d’intérêt réels plus élevés vont de pair avec une hausse des coûts d’opportunité pour la détention d’actifs non rémunérés tels que l’or. En d’autres termes, si les taux d’intérêt réels sont élevés, la détention d’or est relativement chère; s’ils sont bas, elle est relativement avantageuse.

Des taux d’intérêt réels en baisse poussent le prix de l’or à la hausse

En période de taux d’intérêt réels négatifs, surtout, le prix de l’or tend généralement à s’envoler. Car le taux d’inflation est alors supérieur au taux d’intérêt nominal. Cela signifie, par exemple, que les investisseurs vont perdre de l’argent s’ils investissent dans des obligations et les détiennent jusqu’à l’échéance finale. Dans ces moments-là, l’or devient donc plus attrayant bien qu’il ne génère aucun intérêt. Il regagne en quelque sorte son rôle traditionnel en tant qu’actif qui parvient au moins à suivre le rythme de l’inflation et à maintenir ainsi le pouvoir d’achat.

Cela explique aussi, par exemple, la hausse du prix de l’or à la fin des années 70 évoquée plus haut, quand bien même les taux d’intérêt nominaux étaient élevés. À l’époque, l’inflation était supérieure aux rendements nominaux des obligations, raison pour laquelle les investisseurs ont converti leur capital en or. Toutefois, lorsque l’ancien président de la Réserve fédérale américaine Paul Volcker a relevé les taux nominaux à court terme et que les taux d’intérêt réels sont redevenus positifs, c’en était fini du boom de l’or.

Outre les taux d’intérêt réels, d’autres facteurs plaident actuellement en faveur d’un prix de l’or toujours élevé. Par exemple, la politique monétaire de plus en plus expansionniste dans le monde et les incertitudes liées à l’économie mondiale favorisent le niveau de prix de l’or. L’attrait du métal jaune est encore renforcé par l’incertitude quant à une éventuelle deuxième vague de coronavirus. Sur un horizon de douze mois, la Banque Migros voit l’once d’or fin aux alentours de 1800 dollars américains.

Articles similaires

1 commentaire au Quelle est l’influence des taux d’intérêt sur le prix de l’or?

  1. J’apprécie toujours beaucoup votre Newsletter, car vos analyses (et celles de vos perspicaces analystes) sont pratiquement toujours appuyées par des présentations historiques claires et didactiquement utiles, càd directement en rapport avec le sujet traité. Bravo.

    Lorsque ces infographies émanent de quelque source extérieure à vos propres Services (ex.BNS, Uni, Institut, revue économique, etc), vous serait-il possible évent. de la mentionner ? Merci par avance. AZ

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires