Durcissement rapide de la politique monétaire aux États-Unis

Taux d’intérêt

La crise en Ukraine entraîne une nouvelle hausse des taux d’intérêt à long terme. La poussée inflationniste oblige les banques centrales à agir. Elles vont progressivement relever leurs taux directeurs.

L’attaque de la Russie sur l’Ukraine a eu pour conséquence une forte baisse des taux d’intérêt du franc suisse. Mais un mouvement inverse tout aussi fort s’est amorcé peu après, redressant nettement la courbe des taux en comparaison mensuelle, et ce, malgré l’assombrissement des perspectives conjoncturelles.

Les prix des matières premières du fait de la crise expliquent cette hausse et renforce ainsi la pression inflationniste partout dans le monde. La Suisse table en 2022 sur un taux d’inflation annuel moyen de l’ordre de 2 à 2,5%. La zone euro, elle, sur plus de 5%.

Durcissement rapide de la politique monétaire aux États-Unis

Les acteurs du marché s’attendent à ce que les banques centrales durcissent leur politique monétaire. Aux États-Unis en particulier, où l’inflation flirte avec les 8%, le besoin d’intervention est grand. La Réserve fédérale américaine (Fed) envoie donc des signaux «va-t-en guerre». Elle a d’ores et déjà engagé un cycle de durcissement et relevé le taux directeur de 25 points de base. Dans l’ensemble, nous prévoyons une hausse du taux directeur américain d’environ 2 points de pourcentage en 2022. Des augmentations isolées d’un demi point du taux d’intérêt en cours d’année sont à prévoir.

Dans la zone euro, on attend que la BCE en fasse rapidement autant. La courbe des taux d’intérêt à terme en EUR implique actuellement une hausse de 0,75 point du taux directeur de la BCE d’ici à la fin d’année. Les taux d’intérêt négatifs pourraient donc bientôt être de l’histoire ancienne dans la zone euro. La Banque nationale suisse (BNS) bénéficie ainsi d’une marge de manœuvre pour relever son taux directeur.

La BNS suivra la BCE

Nous partons du principe que la BNS relèvera elle aussi son taux directeur. Le cycle de durcissement devrait néanmoins être relativement court. Le taux directeur de la BNS atteindra probablement son maximum à 0,25%. Quant à la courbe des taux d’intérêt en franc, elle devrait nettement s’aplanir dans les deux ans à venir: pour les taux d’intérêt à long terme, le potentiel de hausse ne devrait plus être que d’environ 30 points de base.

Articles similaires