2019 sera-t-elle l’année des actions de type Value?

En dépit des récentes périodes d’instabilité boursière, les titres dits de croissance (Growth) ont largement distancé les valeurs de substance (Value) sur le marché américain des actions. Depuis 2008, une grande partie des gains de cours se répartissent entre des actions de croissance telles qu’Amazon, Apple, Facebook, Alphabet et Netflix. L’année boursière 2019 verra-t-elle un retour de balancier en faveur des titres de substance?

Les deux segments d’actions se distinguent principalement par leur évaluation. Les titres de croissance sont négociés avec une prime ou un supplément, car les investisseurs attendent une forte croissance des bénéfices de ces entreprises. En général, leur ratio cours/bénéfice (RCB) dépasse nettement la moyenne du marché. Il s’agit souvent d’entreprises des secteurs de la technologie ou de la biotechnologie.

À l’inverse, les actions de type Value sont négociées avec une décote par rapport à l’évaluation globale du marché. On les trouve habituellement dans les secteurs défensifs de l’approvisionnement, des biens de consommation de base, des télécommunications et de l’immobilier. Ces entreprises paient souvent des dividendes plus élevés, car leurs perspectives de croissance sont loin d’être aussi favorables que celles des titres de croissance. La décote est parfois aussi un signe des difficultés temporaires que connaît une entreprise.

Historiquement, les titres de croissance se sont bien développés dans des périodes d’expansion conjoncturelle modeste et de taux bas, tandis que les actions de substance se sont distinguées lors des phases de croissance économique et de hausse des taux. D’une manière générale, les titres de croissance se développent nettement mieux que les valeurs de substance en période de hausse boursière.

Dans le sillage de la hausse des taux d’intérêt et du différend commercial avec la Chine, l’économie américaine devrait s’affaiblir en 2019. Le marché américain des actions devrait donc rester volatil. Lorsque la Bourse est en baisse, les actions défensives obtiennent généralement de meilleurs résultats que les titres de croissance. Ce sont alors surtout les valeurs d’entreprises moins dépendantes du cycle conjoncturel et distribuant des dividendes attrayants qui ont la cote.

Les actions de valeur ont pris beaucoup de retard par rapport aux actions de référence.

(Indexé : 01.01.2013 = 100)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Nous apprécions la discussion ouverte dans les commentaires, à condition cependant que ceux-ci aient un rapport concret avec le thème de l'article. Davantage à ce sujet dans nos règles en matière de commentaires.

* Champs obligatoires